login
Michael de Montlaur
login
Le 23 avril 2013 à 9 h 52 min   

During the 1964 summer vacations, we went with our parents to Riva Bella (the beach where my father landed with Commando no. 4 on June 6, 1944). It was my first time there, I was only 12 and I think the “summer camp” was still there (the point where the French commandos met after crossing the beach). There were people on vacation on this beach, and I remember these simple but terrible  words from my father:  » How can people bathe on this beach? »

For him, this was just as absurd as organizing a summer camp in Auschwitz.

Below are several photos taken on June 6, 1944 with comments from Guy de Montlaur (click on picture):

Riva Bella 6 of June1944

(photo 1 : Riva Bella « casino »
photo 2 & 3 : some of the « casino » bunkers
photo 4 : The Benouville Bridge (now Pegasus Bridge) over the Orne Canal)

This is no myth, this is a historical fact.

Here is one consequence of this fact:

Guy de Montlaur, November 1st, 1944

Guy de Montlaur did not die on June 6, 1944. Ten of his French comrades and seven hundred soldiers fell on « Sword » Beach. The latter were British, Canadian, Polish and European anti-nazis. Guy de Montlaur lived to be a tormented witness of what was no myth…

… as you can see in the photo above and in the picture below:

Head of an illustrious dead man who had lost his sense of humour - March 1969

 

 

Although I am neither dead nor illustrious, I also have lost my sense of humor:

Six tourist offices from the Bayeux-Bessin area have recently taken a particularly perverse initiative:

They first talked of a « mythical sector of the landing beaches » as if the landings were a legend and had never taken place. Then they excluded from this « sector » part of Juno Beach and all of Sword Beach. Did they really want us to beg them to join the myth? What did they think? Do they have any brain?

These beaches belong to no one but to those who fell to allow us, the following generations of the XXth and XXIst century, to live freely.

I am proud I encountered some of these men. They were all deeply affected by what they had seen, achieved and underwent. Some never managed or even wanted to tell anything. Their pain was too excruciating. Sometimes they met, mostly on June 6 anniversaries. Not to parade or show off, but just to look at each others. Just to know the complete significance of this look.

Please do not foul their sanctuary.

 

Sign the petition for the suppression of the mythical sectors of the landing beaches

http://www.change.org/petitions/suppression-du-secteur-mythique-des-plages-du-d%C3%A9barquement#share

 

 

login
Michael de Montlaur
login
Le 22 avril 2013 à 10 h 17 min   

A l’été 1964, nous étions sur la plage de Riva Bella, avec les parents. C’était la première fois que j’y venais, j’avais 12 ans et il me semble que la « colonie de vacances » était encore là. Sur la plage, des vacanciers, et cette simple phrase, terrible, de mon père : « Comment peut-on se baigner sur cette plage ? »

Pour lui, c’était sans doute aussi absurde que d’installer un camp de vacances à Auschwitz.

Voici quelques photos prises le 6 juin 1944 et commentées par Guy de Montlaur (cliquez sur l’image ):

Riva Bella le 6 juin 1944

Ceci n’est pas un mythe, c’est une réalité historique.

Voici une des conséquences de cette réalité :

Guy de Montlaur le 1er novembre 1944

Guy de Montlaur n’est pas mort le 6 juin 1944, 10 de ses camarades français du Commando n°4 sont morts en participant à l’opération « Sword » ainsi que 700 soldats britanniques, canadiens, polonais, européens anti-nazis. Guy de Montlaur a pu, lui, témoigner, dans la douleur, que ce n’était pas un mythe.

Sur la photo précédente, et là, par exemple :

Tête d'un mort illustre qui avait perdu son sens de l'humour - Mars 1969

Sans être ni mort, ni illustre, moi aussi j’ai perdu mon sens de l’humour :

L’initiative prise par les offices de tourisme de Bayeux-Bessin et des environs est particulièrement perverse. D’abord ils parlent d’un mythe concernant le débarquement, comme si c’était une légende, comme si ça n’avait jamais existé. Ensuite, ils excluent de ce mythe une partie de la plage de Juno et Sword dans sa totalité. Veulent-ils qu’on se mette à genoux pour qu’on les supplie de rejoindre le mythe ? Que croient-ils ? Ont-ils un cerveau ?

Ces plages n’appartiennent à personne, si ce n’est à ceux qui ont versé leur sang pour que nous, les jeunes générations de la fin du XXème siècle et du début du XXième, puissions vivre dans la liberté.

J’ai eu l’honneur de côtoyer quelques uns de ces hommes. Ils ont tous été profondément marqués par ce qu’ils ont vu, fait et subi. Certains n’ont jamais pu ou voulu exprimer, ou raconter. La douleur était trop forte. Ils se retrouvaient de temps en temps ou tous les ans, le 6 juin. Non pas pour parader, juste pour se regarder. Et savoir TOUT ce qu’il y avait dans cet échange.

Ne crachez pas sur leur sanctuaire, s’il vous plait.

Voici un lien vers une pétition pour la suppression de cette mascarade :
http://www.change.org/petitions/suppression-du-secteur-mythique-des-plages-du-d%C3%A9barquement#share
Signez si vous êtes indignés !

 

Propulsé par WordPress   |   Template réalisé par Graphical Dream
Haut de page