login
Michael de Montlaur
login
Le 7 mai 2012 à 10 h 37 min   

Il y a des paradoxes dans la vie d’un homme : pourquoi un aristocrate d’une des plus vieilles familles de France, qui a passé sa jeunesse dans le 16ème arrondissement de Paris, qui a été élève à l’école Sainte Croix de Neuilly et dont les meilleurs amis fréquentaient les Camelots du Roi et l’Action Française, pourquoi ce jeune homme a-t-il passé les meilleurs moments de sa jeunesse, de 20 à 27 ans, à combattre les nazis ?

Il aurait pu se consacrer à son art, à sa passion, la peinture. Il aurait pu devenir un grand sportif, c’était un très bon cavalier. Il aurait pu rejoindre sa famille brésilienne, et passer la guerre, tranquillement à Sao Paulo.

Pendant ces sept longues années, il a mis sa carrière entre parenthèses, il y avait quelque chose de plus important. Guy de Montlaur ne transigeait pas. C’était son honneur. Il ne supportait pas ce petit dictateur qui voulait s’imposer à l’Europe, au Monde.

La Thibaudière le lavoir de l'île - 1936 (28 x 40)

Voici une de ses compositions d’avant-guerre, pas mal pour un gamin de 18 ans, non ?

 

Doubles croches - 1951 (92 x 65)

Voici son style au début des années 50 marqué par l’influence de l’abstraction géométrique

 

 

Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir - 1973 (114 x 195)

Et voici une œuvre réalisée à l’âge de 55 ans, on pourrait dire à sa maturité avec ce que cela a de définitif, mais Guy de Montlaur a toute sa vie fait évoluer sa peinture et il nous a toujours surpris.

Si vous voulez en savoir plus, ne manquez pas l’exposition de Ranville dans le Calvados du 2 au 16 juin 2012, au Mémorial Pegasus et à la bibliothèque de la ville.

Et si vous aimez, partagez !

 

Propulsé par WordPress   |   Template réalisé par Graphical Dream
Haut de page