login
Michael de Montlaur
login
Le 12 avril 2011 à 14 h 10 min   

Adelaide Piper Oates - 1982

Since Grandmama got really ill in the last few weeks I have been thinking back on my precious times with her from over 30 years ago. Being the eldest grandchild came with perks. I was for a while the only child in Franval, and while there were certainly quiet times when I would have been happy for a playmate, there were many moments when I had Grandmama’s undivided attention and helped her with her daily chores.

Together we picked the redcurrants, passed them through a comb and made jam. Together we pruned and deadheaded the roses. Together we collected the “tilleul” to dry. Together we read and I developed my life long passion for lazing on my bed in the afternoon and reading, I read almost every book in the shelves of the children’s room and certainly read the bande dessinnees over and over again.

Grandmama took me with her to do the groceries, together we chose tarte aux pommes, chaussons and other goodies for tea. We went to the market in Thiberville and looked at the animals in the cages and tutted.

It wasn’t all rural, and I remember vividly a trip to Paris when Grandmama took me to the Louvres and the Orangerie and initiated me to the great paintings of Delacroix and Monet.

When Neve was born, Grandmama’s first great-grandchild, I thought it would be so obvious to speak to her in French, surely my mother tongue. What I hadn’t thought through, is that French is neither my tongue, nor my mother’s, nor my mother’s mother’s!

And it is for all these moments of wonder, amusement and learning that I will remember Grandmama as the rosy cheeked, white haired New Yorker that she was.

login
Michael de Montlaur
login
Le 11 avril 2011 à 20 h 04 min   

Mamma va rejoindre Guy de Montlaur, le soldat, tout  près de ces autres soldats qui ont pris part à la libération de la France et de l’Europe en 1944. Elle va rejoindre celui qu’elle avait connu avant la guerre quand elle était une petite américaine ne parlant pas un mot de français venue en France pour apprendre la langue et l’Art.

Elle l’avait aimé au point de revenir des Etats Unis où elle se trouvait, dans sa famille, en sécurité, pour le retrouver en Angleterre,  en 1943, et de l’épouser cette année-là.

Elle avait bravé les ‘U-boots’ et les avions allemands. La veille de son vol de Lisbonne à Londres, ce même avion qu’elle devait prendre avait été abattu par la chasse aérienne allemande.

Elle épousa cet homme dont Guy Vourc’h a dit : « Son courage touchait à l’insolence; il était humiliant pour l’ennemi  »

Le courage d’Adelaide était d’une nature différente de celle de Guy: elle connaissait son mépris de la mort, mais elle attendit son retour, seule avec son bébé, sans nouvelles pendant la campagne de Normandie, et plus tard pendant la bataille de l’Escaut après le débarquement de Flessingue.

La vie de Mamma a été une vie de patience.

Après le soldat, le peintre. Guy de Montlaur n’était pas un homme facile. Il s’isolait dans son monde hermétique quand il peignait, pendant de longues heures. A ces moments, elle était seule. Elle l’a aimé, elle l’a aidé, elle ne s’est jamais plainte.

Son dernier exemple de courage: la maladie l’a atteinte il y a un an et elle a certainement beaucoup souffert tout ce temps. Elle ne s’est pas plainte, elle n’a pas parlé de son mal. Elle était comme cela.

Mamma  mérite vraiment sa place dans ce petit coin de cimetière où reposent tant de héros.

George de Montlaur le 8 avril 2011 à Ranville

Adelaide et Guy - 3 juillet 1943

Adelaide de Montlaur – a life of courage

Mamma is about to be reunited with Guy de Montlaur, the soldier, near some of all those other soldiers who liberated France and Europe in 1944. She will at last be with the man she met before the war, when she was a little American student who spoke not a word of French and who came here to learn French and Art.

She loved him so much that in 1943 she left the United States to which she had returned at the start of the war and where she lived safely with her family, in order to be with him in England. She married him within a month of her arrival. She had defied the U-boats and the German planes. The day before she flew from Lisbon to London, the forerunner of the very aircraft she was about to take was shot down by German fighters.

She married the man Guy Vourc’h had described by saying: « His courage had reached the point of such insolence, he humiliated the enemy »

Adelaide’s courage was of a different nature: she knew too well Guy’s contempt for death but she waited patiently for his return. She was alone with her baby and she had no news of him first during the Normandy campaign and then, later on, during the Walcheren campaign following the Flushing landing.

Mamma’s life was lived as a life of patience.

After the soldier, the painter: Guy de Montlaur was anything but an easy person to live with. When he painted, he isolated himself for long hours in his hermetic world. During these periods, she was alone. She loved him, she helped him and she never complained.

Mamma’s last example of her courage: her final illness started about a year ago and she most certainly suffered deeply throughout all that time. She never complained. She never mentioned her pain. This was her nature.

Mamma truly deserves her place in this small corner of a cemetery where so many heroes rest beside her.

George de Montlaur, April 8th, 2011, Ranville

login
Michael de Montlaur
login
Le 2 avril 2011 à 15 h 06 min   

Adelaide de Montlaur - 1er janvier 1920 - 1er avril 2011

Requiescat in pace

login
Michael de Montlaur
login
Le 10 août 2010 à 12 h 18 min   

Double anniversaire aujourd’hui.

Pendant que Guy s’occupait avec quelques autres de libérer la France des nazis, Adelaide accouchait de leur première fille, Elisabeth, née en Angleterre. Bon anniversaire Winx ! Voici une chouette photo prise lors d’une permission peu de temps après :

33 ans plus tard, Guy rejoignait définitivement ses « p’tits potes ». Il est enterré tout près d’eux au cimetière de Ranville dans cette Normandie pour laquelle il avait un attachement spécial.

Souvenir Normand - 1972

login
Michael de Montlaur
login
Le 12 avril 2010 à 17 h 15 min   

Avant de parler de 36, il faut remonter au 6 février 1934. Guy était à l’école Sainte Croix de Neuilly et ses collègues fréquentaient plus l’Action Française que le Parti Communiste. Le 6 février 1934, il se retrouve entraîné à 15 ans dans une manifestation qui va le marquer durablement. Il refuse de se laisser embarquer dans une mouvance d’extrême droite contraire à sa morale catholique. En 36, en vacances à Biarritz, il voit de ses propres yeux les effets de la guerre civile espagnole. Ses convictions se trouvent renforcées par l’intervention des fascistes italiens et des nazis au côté des putchistes franquistes. En fait, il est convaincu depuis longtemps et malgré son jeune âge qu’il faudra probablement encore se battre contre les allemands. Il a tendance même à le souhaiter : c’est son vœu lors de sa confirmation.
Il a aussi un esprit de vengeance par rapport à son père dont la santé a été gravement altérée par les gaz de combat de la guerre de 14-18 et qui est mort jeune, à cinquante ans. Et puis, à l’époque, il semblait naturel à certains de combattre certaines idées. Il aura l’occasion physique de le faire plus tard.

1936 c’est l’année de sa rencontre avec Adelaide Piper Oates, née à New York en 1920. Elle traverse l’Atlantique à seize ans pour étudier les beaux-arts à l’Académie Julian. Elle repère ce beau jeune homme et accepte une première invitation à déjeuner. Ce qui a été déterminant dans leur entente est l’extrême lenteur avec laquelle ils déjeunaient. Enfin, c’est ce qu’ils aimaient à raconter. Elle habitait rue de Vaugirard, chez Mademoiselle Dercourt, je crois, qui lui a appris le français qu’elle parle toujours parfaitement.
Le service militaire puis la guerre va les séparer. Cinq ans. Adelaide travaille au MoMA de New york de novembre 1940 à novembre 1942 puis au State Department, Office of War Information, 57th St New York jusqu’en mai 1943. Elle décide alors de retourner en Europe pour être plus près de Guy. Courageuse ou inconsciente ? Peut-être tout simplement amoureuse. Elle se rend à Lisbonne, pays neutre ayant une liaison aérienne régulière avec l’Angleterre.
Elle doit prendre le vol Lisbonne Bristol le 2 juin 1943. Le 1er juin 1943, ce même vol est abattu par l’aviation allemande dans le Golfe de Gascogne. Aucun survivant. Parmi les victimes, l’acteur anglais Leslie Howard.

Elle décide malgré tout de prendre le vol suivant, le lendemain. Un autre point commun qu’ils avaient tous les deux est cette absence de peur, toujours.

login
Michael de Montlaur
login
Le 6 avril 2010 à 13 h 48 min   

1932

Je sortais de l’hôpital d’Angers où j’avais été soigné pour une petite maladie contractée en décembre 1939 à Herbitzheim (Haut Rhin)
Je souffrais seulement de ce qu’il est convenu d’appeler « un léger état dépressif ». Avant l’heure réglementaire du petit déjeuner, je m’habillais rapidement. J’allais tout de suite au lieu de mes « méditations » infantiles : un petit pré, derrière le jardin de la Thibaudière – là où tout le monde savait que j’allais quand la solitude était mon seul désir.
Allongé sur le dos, je voyais mars se lever sur un ciel un peu bleu, mais strié de nimbus roses. Ce ciel me donnait à penser au Ciel. J’avais seulement vingt et un ans. Pourquoi ne croyais-je plus en Dieu ? Pourquoi pensais-je qu’il n’y avait rien dans cette nature si belle ?
Ma sœur, morte maintenant, alors, avec son joli prénom de Marie Antoinette est venue « skipping » gentiment. Comment savait-elle que j’avais quitté le château ? Mais elle savait où me trouver quand j’étais seul et triste.
« Je ne connais pas de plus grand bonheur que de marcher pieds nus dans la rosée ». Voilà comment j’ai su que je n’étais plus seul.
Elle s’est penchée sur moi et m’a embrassé sur les lèvres. Cette familiarité n’avait rien d’étrange : c’était la première fois qu’elle se le permettait – ce fut aussi la dernière.
Elle a pensé que j’avais l’air si triste et délaissé qu’aucun mot n’aurait pu effacer ma détresse. Elle m’a embrassé, pensant avec une simplicité merveilleuse qu’elle ne pouvait faire mieux.
Je me suis assis, et ce désespoir ridicule qui m’afflige trop souvent avait disparu. Il n’y avait rien à dire, ni à Dieu, ni à ceux qui sont faits à son image.
Dieu était revenu.
Marie Antoinette, toujours gambadant, avait disparu, disant encore « Tu ne peux pas t’imaginer comme il fait bon de se balader pieds nus dans l’herbe mouillée ».

Guy
10/12/75

login
Michael de Montlaur
login
Le 5 avril 2010 à 23 h 41 min   

La Thibaudière, le lavoir de l'île

En ce deux janvier 1968, moi qui sais ma mort prochaine, j’ai bien le droit de penser (non sans un timide amusement) à l’attitude, quand j’aurai cessé d’être ici, des gens qui m’ont assez vu pour savoir que j’existais.
D’abord, ma femme et mes enfants feront semblant d’oublier le mauvais caractère que j’avais. Ils s’efforceront à se rappeler quelque gentillesse, tout à fait occasionnelle de ma part : négligeant les fréquentes colères où je me mettais. Mes amis (je n’en ai point… je n’en ai plus) auront pour moi la pensée d’usage.
Je serai heureux que Dieu veuille m’épargner la vision du macchabée saugrenu que, comme tout le monde, je ferai.
Tout cela n’est qu’un préambule à ce qui s’est passé à la fin de l’été 1929. J’avais onze ans. Mon père venait de mourir. Et moi qui n’avais pas eu le temps de vivre beaucoup, je savais mal la signification de la mort. (La mort qui, il y a trente et un ans avait choisi la nuit de Noël pour frapper mon seul ami qui décidait de se tuer d’un coup de carabine dans le cœur – 1936). La mort « is no stranger to me ».
Et mon père, en ce quatorze septembre 1929, mourait le soir à neuf heures moins le quart. Je l’avais connu presque toujours gai. Il n’était plus maintenant qu’un morceau de bois dans son lit.
Ma mère, ma sœur et mon frère pleuraient. Et moi qui ne pouvais pleurer j’avais comme une honte de ne pas faire comme les autres. J’avais beau me frotter les yeux de mes poings, espérer que quelque larme coule ou qu’au moins la rougeur de ces miroirs donne à penser que j’avais épuisé le fonds de ma douleur. En vain.
Le lendemain et les quatre jours qui suivirent, nous les avons passés, ma cousine Dauphine et moi à courir dans les bois. Les taches d’or du soleil traversaient le feuillage encore vert de cette Grande Allée : la peinture de tous mes rêves rendaient nos yeux plus bleus que la vie et le ciel. A midi, le soir, nous revenions pleins de bonheur, d’espoir, de joie. Pénétrant dans la vieille maison qui craquait de toutes les plinthes de ses parquets secs, nous marchions sur la pointe des pieds de peur de… quoi ? Nous faisions semblant de prier devant le morceau de bois qui avait été mon gentil père. Il était là, on ne savait trop pourquoi, entre deux draps tout blancs.
Il y avait deux bonnes sœurs agenouillées sur des prie-Dieu. Une fois, comme j’avais demandé à l’une d’elle quel était son nom de famille, si elle avait été mariée puisqu’elle portait une alliance : la silhouette me répondit seulement que j’étais mal élevé.
Enfin, le jour de l’enterrement est arrivé. C’était à l’église du village. Je n’ai pas fini d’oublier le « Libera me Domine, de morte aeterna »
Le lendemain,19 septembre 1929, on m’avait laissé seul avec mon cousin Jacques. Nous étions dans la Chambre Rouge. La fureur, non la Tristesse, s’est emparée de moi. J’ai commencé à jeter par la fenêtre (et Jacques, plus jeune que moi, m’a imité) tous les objets qui se trouvaient dans la pièce. Ils s’en allaient briser sur le perron.
C’est alors que j’ai compris seulement de quelle manière on peut souffrir.
Notre vie n’est-elle pas étrange qui peut provoquer des effets si dissemblables chez l’un, chez l’autre ? « Fiat voluntas tua, sicut in coelo et in terra ».

Propulsé par WordPress   |   Template réalisé par Graphical Dream
Haut de page